ESSAI MERCEDES-AMG E 53 HYBRID 4MATIC+ : NOTRE AVIS AU VOLANT DU BREAK SPORTIF

Le département AMG revoit la Mercedes Classe E en lui offrant un attelage plus sportif, grâce à un six-cylindres hybride rechargeable oscillant entre 585 ch et 612 ch. Une puissance proche de l’ancienne E 63 S, qu’elle ne vient pourtant pas remplacer, se montrant bien plus docile au quotidien.

Un an après l’arrivée de la Mercedes Classe E traditionnelle, la berline et le break passent par la case AMG. Le département sportif de Mercedes ne fait pas la même erreur que pour la Classe C, et opte pour un moteur plus noble que le très controversé quatre-cylindres électrifié. Sous le capot de cette “E 53 Hybrid”, c’est donc un six-cylindres en ligne de 3.0l de cylindrée qui fait office de moteur principal. Il développe 449 ch et est complété par un bloc électrique de 120 kW placé dans la boîte automatique à neuf rapports, ainsi que par une batterie de 28,6 kWh (brut). L’ensemble développe 585 ch en mode normal, et jusqu’à 612 ch lorsque le mode Race Start (une fonction Launch Control) est enclenché. Pour mémoire, c’est exactement la même puissance que l’ancienne E 63 (2016-2023)...

C’est d’ailleurs là tout le paradoxe de cette E 53 Hybrid. Elle vient techniquement remplacer l’ancienne E 53 de 435 ch, en offrant 14 ch de plus sur le seul moteur thermique mais bien plus de chevaux grâce à son hybridation… Quitte à afficher une puissance maximale identique à celle de la E 63 S qui s’équipait jusqu’à présent d’un V8. Mercedes ne prévoit pas de remplacer la E 63 S pour le moment, invitant les clients à se tourner vers l’AMG GT Coupé 4 portes. Mais celle-ci est tout de même assez différente, avec un gabarit plus imposant (sans proposer de variante break) et un tarif encore plus élevé (dès 133 201 € pour la 43 de 367 ch). La E 53 Hybrid devient donc le “top du top” de la gamme Classe E, alors même que la Classe C revue par AMG affiche 680 ch à travers sa version C 63 S E Performance hybride rechargeable à quatre-cylindres ! C’est à n’y plus rien comprendre...

Entre deux

En fait, il faut voir la E 53 Hybrid comme un entre-deux, à la fois capable de se comporter comme un “break à papa” au quotidien en conduite souple, bien aidé par la possibilité de rouler jusqu’à 97 km (101 km pour la berline) sans consommer la moindre goutte de sans-plomb… ou de basculer en sportive ultra efficace lorsque l’envie vous prend de brûler de la gomme et de mettre au défi vos voisins au feu rouge. D’autant plus que l’hybridation permet d’offrir des performances encore plus redoutables, avec un 0 à 100 km/h abattu en 4,1 s pour le break (4 s en berline, ou 3,8 s avec le Race Start) et un couple cumulé de 750 Nm. La vitesse maximale est bridée à 250 km/h (ou 275 km/h pour le break avec le pack optionnel AMG Driver’s Package), tandis que la E 53 peut rouler jusqu’à 140 km/h en mode électrique.

Avec 163 ch (120 kW), le moteur électrique est moins puissant que celui de la C 63 S E Performance (204 ch). Pourtant, il ne manque pas de vigueur et semble tout aussi péchu. Les reprises éclair permettent de dépasser sans se poser de question, même en mode électrique, et les démarrages rapides aident à s’extirper de la circulation chargée de Munich pour rejoindre les grands axes. Une fois devant la bretelle d’accès à l’autoroute, en partie illimitée sur cette portion allemande, il suffit d’écraser la pédale de droite pour être propulsé en l’espace de quelques secondes à près de 200 km/h.

Confort ou dynamisme, au choix

Les bruits d’air sont bien contenus, et le confort semble avoir été un point particulièrement important lors du développement de cette Classe E sportive. Elle bénéficie par exemple de vitres feuilletées, qui isole si bien qu’on n’entend presque pas le six-cylindres. Mercedes a ajouté un peu de son moteur à travers les haut-parleurs, mais la sensation n’est pas franchement la même… La suspension pilotée réglable sur plusieurs modes permet de privilégier le confort ou le dynamisme selon l’envie, en verrouillant un peu plus la caisse pour éviter le roulis. De même, Mercedes-AMG équipe sa E 53 Hybrid d’une transmission intégrale variable et de roues arrière directrices qui renforcent largement l’agilité, et donnent la sensation de conduire une voiture bien moins imposante dans certaines conditions comme des manoeuvres en ville ou des enchaînements de virage sur notre terrain d’essai, à travers le Tyrol autrichien. Précisons par ailleurs que le break E 53 AMG bénéficie de ces roues arrière directrices jusqu’à 2,5 degrés, alors que les Classe E breaks classiques n’y ont pas droit.

Un petit manque de répondant

L’agilité est toutefois légèrement grevée par la direction qui, si elle se montre précise et consistante (un peu plus en mode Sport ou Sport+), affiche un ratio important qui nécessite de nombreux tours de volant pour un demi-tour ou un virage en épingle, par exemple. De même, si l’ensemble moteur-boîte est plutôt bien géré avec des transitions vers l’électrique assez douces et fluides, la boîte automatique joue parfois des tours en décidant de ne pas passer le rapport supérieur tout de suite, ou d’attendre un peu avant de rétrograder. On a donc le sentiment que la voiture ne répond pas toujours au doigt et à l'œil, même si les petites palettes derrière le volant peuvent limiter cet effet. Idem pour la pédale de frein, qui est parfois difficile à doser à cause de la régénération du système hybride. Au départ, elle se montre légère et donne l’impression de ne pas avoir donné assez de force sur la pédale, puis le freinage mécanique s’ajoute et le véhicule s’arrête plus rapidement qu’on ne le pense.

 

Un cocon appréciable

Comme la Classe E traditionnelle, la E 53 s’apprécie vraiment à bord, avec un sentiment de cocon très confortable renforcé par cette large console centrale entre les deux passagers avant, et cet immense ensemble d’écrans. La dalle numérique de 12,3” face au conducteur affiche des compteurs qui peuvent être en 3D, tandis qu’un affichage tête haute est également disponible selon l’équipement. Au centre de la planche de bord, l’écran de 14,4” gère toute la partie multimédia, et sa fluidité fait de lui un des meilleurs systèmes embarqués. Certes, il regroupe de très nombreuses fonctionnalités dont la climatisation, le réglage automatique des aérateurs, les paramètres ou encore l’audio et la navigation. Malgré tout, les menus sont relativement bien organisés et quelques raccourcis permettent de s’y retrouver sans trop de difficultés. De plus, quelques affichages spécifiques aux versions AMG sont ajoutés, 

Pour les plus technophiles, un troisième écran de 12,3” peut être disposé face au passager sur la planche de bord, en option (1 800 €). Il permet de distraire le second passager avant avec des contenus vidéos en streaming, de la musique ou encore l’affichage de la navigation. Pour des raisons de sécurité évidentes, l’affichage est caché de la vue du conducteur lorsqu’une vidéo en streaming est diffusée, afin d’éviter d’attirer son regard.

Berline ou break ?

Proposée à la fois en berline et en break, la E 53 revue par AMG conserve son bon niveau d’accueil à l’arrière. C’est d’ailleurs le break qui sera le plus logeable, avec 460 à 1 675 litres de coffre selon la configuration des sièges. Le volume est amoindri par le système hybride et la “grosse” batterie de 28,6 kWh (brut), mais la découpe du toit et du hayon offrent un peu plus d’accessibilité. En France, le break pourrait être la carrosserie la plus vendue, même si cette version AMG sera bien moins plébiscitée que les traditionnelles Classe E thermiques et PHEV.

Côté prix, le break E 53 s’affiche à partir de 115 000 €, contre 112 450 € pour la berline équivalente. Sachant que le Classe E break oscille entre 67 300 € (essence 204 ch) et 98 450 € (diesel 367 ch), il est logique que cette version sportive hybride rechargeable soit plus onéreuse. Heureusement, cette version évite toute forme de malus (écologique ou au poids) grâce à sa technologie hybride rechargeable et à son autonomie électrique supérieure à 50 km.

Notre avis

Verdict :

Cette E 53 de Mercedes-AMG n’a pas tout à fait la même âme que son aînée, malgré des performances en hausse grâce à l’hybridation. Certes, elle conserve un six-cylindres contrairement à sa petite soeur C 63, et évite le malus pour une sportive de ce calibre. Mais son positionnement pose question, puisqu’elle joue sur plusieurs tableaux en attendant une réponse à la question qu’on se pose tous : y aura-t-il une E 63 S encore plus démoniaque ?

On aime :

  • Performances grâce au moteur électrique
  • Sensation d’agilité
  • Confort

On aime moins :

  • Freinage difficile à doser
  • Prix élevé

Fiche technique

Acheter

Mercedes-AMG E 53 Hybrid 4Matic+ break

Version essayée : 115 000 €

À partir de : 115 000 €

Conso mixte (WTLP) / durant l’essai (l/100 km) : 0,9 / 10,5

CO2 (g/km)/malus ou bonus : 21 / 0 €

Puissance fiscale CV : 34 

Pays de fabrication : Allemagne

Garantie 2 ans/kilométrage illimité

GAMME PROPOSÉE

E 53 Hybrid (585 ch)

Conduire

Moteur thermique : avant, 6-cylindres en ligne, injection directe, 2999 cm3, 449 ch à 6 100

tr/min, 560 Nm à 5 000 tr/min

Moteur électrique : 120 kW (163 ch), 335 Nm

Transmission : intégrale variable, automatique à neuf rapports

Puissance cumulée (ch) : 585 (612*)

Couple cumulé (Nm) : 750

Capacité de la batterie brute / nette (kWh) : 28,6 / 21,2

Autonomie électrique (WLTP, en km) : 97

Temps de charge : 

AC 11 kW de série : 2h25

DC 60 kW en option : 20 min (10 à 80%)

Poids à vide (kg) : 2 435

Long.xlarg.xhaut. (m) : 4,96x1,90x1,48

Empattement (m) : 2,96

Diamètre de braquage (m) : 12,53

Vitesse maxi (km/h) : 250 (275*)

Vitesse maxi en mode électrique (km/h) : 140

0 à 100 km/h (s) : 4,1

Pneus de série : 295/30 R21

Pneus de l’essai : Michelin Pilot Sport 4S

Vivre

Coffre à 5/à 2 (l) : 460 / 1 675

Largeur aux coudes AV/AR (cm) : nc.

Espace aux jambes AR (cm) : nc.

Réservoir (l) : 50

OPTIONS CONSEILLÉES

  • Pack AMG Premium (affichage tête haute, clim auto. 4 zones, toit ouvrant, système audio 4D Burmester, accès mains-libres, éclairage d’ambiance actif…) : 8 900 €
  • Pack Dynamic Plus AMG (différentiel autobloquant AMG électronique à l’arrière, silentblocs dynamiques, freins composite avec étriers rouges, volant Performance AMG cuir Nappa, fonction Race Start) : 3 800 €
  • Cuir Nappa AMG bicolore marron truffe/noir : 3 600 €
  • Superscreen MBUX (écran passager, caméra vidéo et selfie) : 1 850 €

Principales concurrentes :

  • Audi A6 Avant TFSIe, hybride rechargeable, 367 ch, à partir de 80 790 €
  • BMW i5 Touring M60 xDrive, électrique, 601 ch, à partir de 109 000 €

2024-06-19T05:08:20Z dg43tfdfdgfd